Recherche
Recherche
Présentation
 ↑  
Activités cliniques

 ↑  
Activités culturelles
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
BrbH
Recopier le code :
14 Abonnés
 ↑  
Devenir Membre

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
BrbH
Recopier le code :


  Nombre de membres 16 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
 ↑  
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne


Le Projet TOGOUNA (suite)


 
mali-2006-056.jpg        Fresques : le serpent du Hogon à Teli
 




 


Que faire? Il est clair que le développement des pays africains passe par un changement dans les attitudes du capitalisme international mais aussi par l’arrêt de la corruption des dirigeants. Les responsabilités sont largement partagées. D’un autre côté, il est difficile de revenir de ce pays sans songer à une aide humanitaire. Les besoins sont immenses mais il n’est pas facile d’effectuer cette aide. Il y a des obstacles majeurs à cela. D’abord le problème du coût de transport de fret par avion ou de l’envoi d’argent qui est exorbitant; il y a aussi la difficulté de savoir bien cibler l’aide et de répondre aux véritables besoins ; enfin et peut-être surtout, il y a les risques permanents de détournement au niveau local. Il ne faut pas être naïf, dès l’instant où des biens et de l’argent transitent, les intermédiaires peuvent être tentés de se servir au passage avec une tranquillité d’esprit fondée sur la conscience de leur extrême pauvreté et de notre extrême richesse. Nous avons rencontré quelques déboires à ce sujet.

Une aide humanitaire est possible. De nombreuses associations oeuvrent en ce sens. Les besoins sont tels qu'il y a place pour de multiples initiatives. Je pense qu’il est possible de faire des choses simples et qui comptent, à condition de prendre toutes les garanties : s’appuyer sur des responsables locaux fiables, bien cibler l’aide et se rendre sur place une fois par an pour contrôler les actions.

Durant ce voyage, j’ai établi des contacts amicaux avec les membres d’une association humanitaire et culturelle basée à Bandiagara ( ville principale du pays Dogon), l’association «Kalédoik-Badiagara» . Les membres de son bureau étaient nos guides et nos conseillers culturels. Je les ai vus agir. Je leur fais confiance.

Je propose la création d’une association flérienne nouvelle, se donnant pour mission des buts de nature culturelle. Je propose le nom suivant: «Togouna», association pour le développement des échanges culturels entre le pays de Flers et le pays Dogon. Cette association se donnerait pour priorité l’aide à l’instruction. Le développement du Mali passe foncièrement par le développement de la scolarisation. C’est le plus utile investissement humain et économique, à court et moyen terme, que l’on puisse faire au Mali. En retour, les contacts avec nos amis maliens nous apporteraient l’enrichissement de leur culture et entretiendraient notre sensibilité tiers-mondiste.
 

mali-2006-107.jpg

Village de Begnematou
mali-2006-242.jpg

Fresques rupestres à Songho


A la suite de ce voyage l'association humanitaire Togouna a été créee le 27 février 2007. En Mai 2010, l'association compte 50 adhérents, son siège est situé à Landisacq ( 61100 ), deux actions principales sont menées :
- Le parrainage de 30 lycéens fréquentant le lycée de Bandiagara.
- Le soutien de trois établissements scolaires.

Un voyage annuel ( en janvier ) permet la mise en place et le suivi de ces actions.

Si vous êtes intéressé parce projet, vous pouvez me contacter au

 

mali-2006-166.jpg                 Togouna à Ireli

Epilogue :

Suite à ce voyage, l’association Togouna a été créée en 2007 avec une équipe de bénévoles de la région de Flers (61100). Nous nous sommes rendus trois fois sur place. Mais nous avons du suspendre nos voyages depuis 2011, suite à l’invasion djihadistes dans l’Asawat. Le pays dogon est classé en « zone rouge » par le ministère des affaires étrangères. Nous avons confié nos actions à  l’organisation AIVM de Rennes.

Nous avons mené plusieurs types d’actions :

- une centaine de parrainages individualisés d’élèves fréquentant le lycée de Bandiagara ;

- le soutien de trois établissements scolaires de Bandiagara et des environs (investissements et fonctionnement)   ;

- enfin et surtout, la construction d’un foyer d’hébergement de lycéens géré par l’association AMPE de Bandiagara.

Cette construction, commencée en 2011 et a été finalisée en octobre 2016. 5 dortoirs pouvant accueillir  chacun 9 lycéens ont été construits. Le projet d’un montant global de 50000 € comprend la construction des dortoirs, d’une clôture, d’une cuisine, de deux sanitaires (projet « Pain contre la Faim de Rennes »), le creusement d’un forage à pompe ( idem).

Nous avons été aidés par des subventions provenant de nombreuses institutions (Talents et partage de Paris, Pain contre la Faim de Rennes, PAS d’Athis, le Crédit Mutuel de Flers, le Rotary Club de Flers, la réserve parlementaire du député-maire de Flers, la municipalité de Landisacq, le lycée Saint Thomas de Flers…) et de nombreux dons privés anonymes.

A ce jour, cette mission touche à sa fin et l’association s’interroge sur son avenir.

(Voir plaquette 2016)

Flers, 19 octobre 2016


Date de création : 30/05/2010 @ 09:14
Dernière modification : 01/06/2010 @ 17:35
Catégorie : -
Page lue 2113 fois